Django in Canada 5/6TH NOV ’46

Django in Canada 5/6TH NOV ’46



I was thrilled to find a great deal of information recently on your Site regarding Django‘s North American Tour with Duke Ellington in 1946.
I live on the edge of Kitchener Ontario (Canada), which was one of the 2 Canadian Cities in which Duke Ellington‘s Orchestra performed during that tour.
The Kitchener date was at the Auditorium Gardens on Queen Street East on 5th November 1946.
The Show (Dance) went from 9:00 – 1:00 and Tickets were $1.25. Kitchener is about 100km from Toronto, which was where the 2nd Canadian Performance took place, the next day, before the Band returned to the USA.
I found it very interesting to read the quote on your Website from a Toronto Jazz enthusiast, George Foley, who said he saw Django perform with the Duke Ellington Orchestra at the old Mutual Street Arena in Toronto on 6th November 1946. That is not consistent with what I have always understood, so I decided to do some more research. In 1966, my father wrote a letter to Patrick Scott, who was the City Editor of the Toronto Newspaper, the Globe & Mail, to ask Mr Patrick Scott if he saw Django when the Band came to Toronto. Mr Scott, who was at the same Concert as Mr Foley, wrote back to my father and said that he stood right next to Django and watched the Ellington Band play, but Django didn’t perform due to “some Union red tape”. I have a copy of that letter. Until now, I never realised the other date was right here in my home Town, so I have spent a few hours in the local Libraries trying to find out more about both Dates. I have found the advertisements for both of the Canadian Concerts as well as reviews of both Concerts in the old Archives from 2 Newspapers. Unfortunately, Django wasn’t mentioned in either the ads or the reviews. I have always assumed that Django didn’t perform in Toronto, based on the letter my father gave me. Mr Foley’s account makes me wonder what really took place, but I have to think that Patrick Scott would have been correct, because he was a Journalist and was very clear in his account of the events in his letter, which was written only 20 years after the Concert. I wish I could find out more about Django’s stop here in Kitchener, but I haven’t been able to come up with any more than these Ads & Newspaper articles, which provided no information about Django. I will keep on searching. If anyone has any additional information about Django’s short visit to Canada, I would love to hear about it. – Keith Murch

Having read Keiths Newspaper cuttings it is also true to state that within the Reviews there is no mention of individual Members of the Ellington Band so Django’s presence remains a mystery. I think that both claims can be true: Django only played in Ellington Concerts but not when Duke was playing for dance events. Dregni in his book on Django indicates that the band played for dance at Toronto’s Mutual Street Arena. So the Canadian Concert should have been Django’s 2nd Concert with Ellington after Cleveland. There is the same situation (Concert one day and Dance the other day) in that Tour when Django played at the Pla-Mor – Spatzo

Many of Django’s failings in his American Dream were due to him being alone and unaccompanied by his long associated European Musicians and being illiterate, unable to read Music or discuss musical Key’s or communicate with his Audiences and generally make himself more understood to his fellow Musicians & Sponsor. Ellington had expected the full Hot Club Quintette and Django as Sole representative posed a problem with supporting arrangements and integration of his style within a full Swing Band ensemble. Django’s isolated set was confined to short a Medley of about 4 numbers punctuated by the odd Band Intro, Riffs & Crescendo. The Audience & Promoters may have been confused as why they were being exposed to this unfamiliar Soloist Musician (who was struggling to Master his acquired Gibson ES-300 & hybrid amplifier). There was no full arrangements featuring the Ellington All Stars. What would have happened if Django had been able to address a French speaking audience directly in Quebec or Montreal. There were many Guitarists of different levels of prowess already established throughout America and more familiar with the required balance & control of their new Amplified Archtop Guitar Instruments within a Big Band. A solitary man with a Gutbox and very little advance publicity would have a major problem holding down the attention of a large Audience even when Billed alongside the Ellington Band as The Worlds Greatest Guitarist but lacking his favourite Selmer/Maccaferri Instrument. Without a fully crafted stage presence Django also had the same difficulties in the more intimate Cabaret Gigs like the Cafe Society (Uptown) in NYC where the American Audiences expected announcements, humour & anecdotes between the musical interruptions to their constant noisy drinking & table babble.






J'ai été ravi de trouver récemment beaucoup d'informations sur votre site concernant la tournée nord-américaine de Django avec Duke Ellington en 1946. Je vis à la périphérie de Kitchener Ontario (Canada), qui était l'une des 2 villes canadiennes dans lesquelles Duke L'Orchestre d'Ellington a joué pendant cette tournée. Le rendez-vous de Kitchener était à l'Auditorium Gardens sur la rue Queen Est le 5 novembre 1946. Le spectacle (danse) allait de 9h00 à 13h00 et les billets coûtaient 1,25 $. Kitchener est à environ 100 km de Toronto, où a eu lieu la deuxième représentation canadienne, le lendemain, avant le retour du groupe aux États-Unis. J'ai trouvé très intéressant de lire la citation sur votre site Web d'un passionné de jazz de Toronto, George Foley, qui a dit avoir vu Django jouer avec le Duke Ellington Orchestra à l'ancienne Mutual Street Arena de Toronto le 6 novembre 1946. Ce n'est pas conforme à ce que j'ai toujours compris, j'ai donc décidé de faire plus de recherches. En 1966, mon père a écrit une lettre à Patrick Scott, qui était le rédacteur en chef du journal de Toronto, le Globe & Mail, pour demander à M. Patrick Scott s'il avait vu Django lorsque le groupe est venu à Toronto. M. Scott, qui était au même concert que M. Foley, a répondu à mon père et a dit qu'il se tenait juste à côté de Django et regardait le Ellington Band jouer, mais Django ne s'est pas produit en raison de «certaines formalités administratives de l'Union». J'ai une copie de cette lettre. Jusqu'à présent, je n'avais jamais réalisé que l'autre date était ici, dans ma ville natale, j'ai donc passé quelques heures dans les bibliothèques locales à essayer d'en savoir plus sur les deux dates. J'ai trouvé les publicités pour les deux concerts canadiens ainsi que les critiques des deux concerts dans les anciennes archives de 2 journaux. Malheureusement, Django n'a été mentionné ni dans les annonces ni dans les avis. J'ai toujours supposé que Django ne s'était pas produit à Toronto, d'après la lettre que mon père m'avait donnée. Le récit de M. Foley me fait me demander ce qui s'est réellement passé, mais je dois penser que Patrick Scott aurait eu raison, car il était journaliste et était très clair dans son récit des événements dans sa lettre, qui n'a été écrite que 20 ans après le concert. J'aurais aimé pouvoir en savoir plus sur l'arrêt de Django ici à Kitchener, mais je n'ai pas été en mesure de proposer plus que ces articles sur les publicités et les journaux, qui ne fournissent aucune information sur Django. Je continuerai à chercher. Si quelqu'un a des informations supplémentaires sur la courte visite de Django au Canada, j'aimerais en entendre parler. - Keith Murch


Après avoir lu les coupures de journaux de Keiths, il est également vrai de dire que dans les revues, il n'y a aucune mention des membres individuels du groupe Ellington, donc la présence de Django reste un mystère. Je pense que les deux affirmations peuvent être vraies: Django n'a joué que dans les concerts d'Ellington, mais pas lorsque Duke jouait pour des événements de danse. Dregni dans son livre sur Django indique que le groupe a joué pour la danse à la Mutual Street Arena de Toronto. Le concert canadien aurait donc dû être le deuxième concert de Django avec Ellington après Cleveland. Il y a la même situation (concert un jour et danse l'autre jour) dans cette tournée lorsque Django a joué au Pla-Mor - Spatzo


Beaucoup des échecs de Django dans son rêve américain étaient dus au fait qu'il était seul et non accompagné de ses musiciens européens depuis longtemps associés et qu'il était illettré, incapable de lire la musique ou de discuter de clés musicales ou de communiquer avec son public et de se faire généralement mieux comprendre à ses collègues musiciens. Parrainer. Ellington s'attendait à ce que le Hot Club Quintette complet et Django en tant que représentant de Sole pose un problème avec les arrangements de soutien et l'intégration de son style dans un ensemble complet de Swing Band. Le set isolé de Django se limitait à un court Medley d’environ 4 numéros ponctués par l’étrange Band Intro, Riffs & Crescendo. Le public et les promoteurs ont peut-être été confus quant à la raison pour laquelle ils ont été exposés à ce musicien soliste inconnu (qui avait du mal à maîtriser son amplificateur Gibson ES-300 et hybride acquis). Il n'y avait pas d'arrangements complets mettant en vedette les Ellington All Stars. Que se serait-il passé si Django avait pu s'adresser à un public francophone directement à Québec ou à Montréal. Il y avait de nombreux guitaristes de différents niveaux de prouesses déjà établis dans toute l'Amérique et plus familiers avec l'équilibre et le contrôle requis de leurs nouveaux instruments de guitare Archtop amplifiés au sein d'un Big Band. Un homme solitaire avec une Gutbox et très peu de publicité avancée aurait un problème majeur à retenir l'attention d'un large public, même s'il était présenté aux côtés du groupe Ellington en tant que meilleur guitariste du monde, mais sans son instrument Selmer / Maccaferri préféré. Sans une présence sur scène entièrement conçue, Django a également eu les mêmes difficultés dans les concerts de cabaret plus intimes comme la Cafe Society (Uptown) à New York où le public américain s'attendait à des annonces, de l'humour et des anecdotes entre les interruptions musicales de leur boire bruyant constant et leur babillage de table.

Druckbare Version
Seitenanfang nach oben